Un requin dans La Dépêche

article la depeche marathon seine eureA peine le temps de se reposer une journée que notre shark’athlète a repris la route du bitume et des chemins pour ses entrainements. Courir un marathon en requin est une chose mais quand il va falloir en enchainer 68, il faut mieux continuer sur la lancée et habituer son organisme à la fatigue. Une semaine après la marathon, notre squale s’invite dans les pages de La Dépêche. Un petit retour sur l’évènement du dimanche 20 octobre 2013 où notre requin a fait sensation tout le long du parcours du marathon Sein-Eure.

Un petit bémol dans cette première aventure concernant le costume. Celui-ci n’est pas tout à fait terminé. Or, c’était l’occasion de revêtir le costume pour la première fois en condition réelle et ainsi de voir sur quels points il faut travailler maintenant pour rendre ce costume plus vrai et plus adéquate à la course à pied.

Notre requin est donc repartis en cure pour un remodelage et reviendra sur les pistes pour le marathon de La Rochelle, dans un peu moins d’un mois maintenant (24 novembre 2013).

Merci à l’équipe de La Dépêche pour cet article.

Summer Racing Shark Tour et Requin en péril: deux associations, un même combat

IMG_8064-1Un week-end bien chargé pour notre « marathon’sharky » puisque outre le marathon du 20 octobre, la journée du samedi 19 ne fut pas très reposante entre les rendez-vous et le passage au village pour le retrait du dossard.

Un petit détour par la Neubourg pour notre seconde rencontre avec l’association requin en péril représentée par son président Richard Allan. Ce fut l’occasion de renforcer les liens qui unis nos deux associations ainsi que de faire un point sur les avancés du projet. Nous pouvons toujours compter sur cette association pour nos donner les bons contacts et les bons tuyaux en ce qui concerne le département de l’Eure. Un rencontre pleine de promesse pour l’avenir de Summer Racing Shark Tour. Inutile de rappeler qu’il est important d’agir en concertation pour avoir un maximum d’impact surtout lorsqu’on travail sur une même problématique. Ce n’est qu’en associant nos forces que nous réussiront à modifier les perspectives pour les requins et les océans. C’est pourquoi notre association attache tant d’importance aux partenariats entre associations qui œuvrent pour un but commun avec pour chacune, des spécificités différentes.

Summer Racing Shark Tour: Le Paris Normandie en parle!!

Val-de-Reuil: touche pas à mon requin !

Val-de-Reuil. Un jeune Rolivalois envisage de faire un tour de France en courant, dans le but de sensibiliser le public à la cause d’une espèce marine menacée. Rencontre.

PN SRSTParcourir 2 700 km en trois mois, de Val-de-Reuil à Monaco, le tout en courant près de 40 km par jour. Voici le pari un peu fou d’un Rolivalois passionné par la mer et l’un de ses plus grands représentants, le requin.

À 25 ans, Jérémy Barber souhaite faire partager sa passion et rappeler des vérités sur un animal souvent mal considéré dans l’imaginaire populaire. « Grâce à la télévision, aux films, tout le monde connaît cet animal. Mais mal. Certains requins sont dangereux, mais ils restent avant tout des animaux sauvages menacés de disparition, précise Jérémy. Ainsi, parmi les quatre cents espèces recensées (du plus petit, 17 cm, au plus gros, le requin-baleine, 15 m), les deux tiers sont en voie d’extinction. » Utilisé dans le milieu de la cosmétique pour l’huile de son foie, le requin est également victime de la surpêche, comme celle des thoniers.

Défendre la mer et l’océan

Le célèbre prédateur a pourtant un rôle essentiel dans l’eau, comme le rappelle celui qui a une licence en biologie marine et qui souhaite poursuivre ses études par un master en gestion du littoral : « Le requin est le prédateur au sommet de la chaîne alimentaire. Il est le garant d’une forte variabilité, puisqu’il se nourrit de poissons malades et faibles. Ce rôle de sélection permet de maintenir l’équilibre. »

Aidé par le Centre régional information jeunesse (Crij) de Haute-Normandie pour monter son dossier, le Rolivalois cherche désormais des aides et subventions pour son projet estimé à 14 000 €.

Son départ de Val-de-Reuil est prévu le 1er juin 2014. Le tour suivra le littoral de la Manche à la Méditerranée en passant par la façade atlantique.

Les journées du marathonien, licencié au Val-de-Reuil athletic club (Vrac) et futur participant au marathon Seine-Eure en octobre, seront très chargées. Aux quarante kilomètres quotidiens de course à pied s’ajouteront des débats dans les villes-étapes, où le jeune Rolivalois espère sensibiliser les plus jeunes à la cause du requin. Ce passionné y racontera également une histoire : un squale ayant perdu ses congénères se voit obligé de quitter la mer pour la terre, une métaphore de la situation marine actuelle.
Enfin, Jérémy Barber a également prévu de se déguiser en requin sur le parcours, « un déguisement sur mesure », et de participer à des nettoyages de plages avec la Surfrider fundation.

« En défendant le requin, c’est avant tout la mer et l’océan que nous souhaitons mettre en avant et rappeler les risques liés à la pollution et à la pêche intensive, précise le coureur. Comme le disait Saint-Éxupéry ‘‘nous n’héritons pas de la terre, nous l’empruntons à nos enfants’’. »

lien vers l’article

Une aventure à 2 roues

Profiter d’une journée de repos pour partir à l’aventure. La saison d’athlétisme étant terminée, je profite de cet inter-saison pour pratiquer des sports complémentaires à la course à pied. La saison à été rude et le corps a besoin de se reposer, c’est pourquoi vous me verrez un peu plus souvent sur deux roues que sur deux jambes.

A moins d’un an du départ, c’est aussi l’occasion pour moi de voir si mon organisme est capable d’endurer de longues heures de sport.Ce jeudi 18 juillet, direction Châteaudun dans l’Eure et Loir (28) à travers les paysages de la « beauce ». Un joli parcours d’environ 160km. La semaine passée déjà, j’ai profité d’une journée de repos pour m’offrir une petite balade aller-retour de Val de Reuil jusqu’à Clères (seine maritime). 120km de plaisir!!

CAM00148Aujourd’hui, direction l’Eure et Loir. Le trajet est sympa, il n’y a que très peu de dénivelé (2 côtes à franchir seulement).J’enfourche mon vélo direction Evreux sur une route que je connais bien car elle me rappelle certains souvenirs. J’avais emprunté ce même parcours il y a quelques années déjà pour accompagner 2 potes qui s’étaient lancé le défi de faire un tour d’Europe à vélo et de partir le jour le plus froid de l’année: -10°C!! La route aller c’est une chose mais le retour c’est autre chose surtout quand on prévoit d’avoir un tee-shirt, un pull et… un pantacourt!! 60km dont 30km de calvaire à cause du froid. Cette fois-ci ce sera sous le soleil et la chaleur. Une fois arrivé sur Evreux direction Nonancourt avec les premières galères. Depuis Évreux, j’emprunte la D6154 direction Nonancourt sauf qu’arrivée au rond point de la sortie 11 de la N154 direction Damville Saint André, impossible de rejoindre Nonancourt sans emprunté la N154 interdit aux vélos. Merci mappy, en sélectionnant le vélo comme mode de transport tu me fais comme même passer par une nationale interdit aux vélos. Donc petit détour par Damville avant de reprendre la D50 direction Nonancourt. Enfin arrivé sur Nonancourt je poursuis mon trajet en passant par Laons, Chennevières, Châteauneuf-en-Thymerais et Chartres. Après 5 heures de vélo non stop, j’arrive sur Chartres. J’en profite pour ma ravitailler car ma poche d’eau et ma gourde sont vides. J’en profite également pour reprendre un peu de sucre car il me reste encor 40km soit environ 1 heure de vélo.

CAM00150Petite anecdote qui m’a fait bien rire sur le coup car en passant par la supérette du coin pour prendre une bouteille d’eau et un coca, je tombe sur cette bouteille… « Partagez un coca avec Jérémy »!! Héhé c’est moi!!

 

 

 

Petit repos de 30min avant d’attaquer les derniers kilos entre Chartres et Châteaudun. Pas vraiment de grosse difficulté car la route est hyper plate et droite. Après 6h12’34 » de vélo, j’arrive enfin au terminus content d’avoir fait ce petit voyage et d’avoir ainsi pu admirer ces paysages.

CAM00151

Bourse aventure Opinel

Opinel

Concours Opinel,
une longue aventure débutée le 22 avril dernier et qui à pris fin vendredi dernier (06/07/2013) avec l’annonce des résultats.

Un petit retour sur ce concours qui s’est déroulé en deux phases:    – La première phase consistée à déposer un projet  sur la page Facebook de l’évènement et à recueillir un maximum de votes avant la fin de cette première phase qui s’est terminée le 14 juin dernier.  Pendant presque 2 mois vous avez été nombreux à voter et à soutenir pour le projet Summer Racing Shark Tour. Grâce à vous, ce projet a pu terminé à la troisième place avec plus de 1800 votes au compteur!!

    – Pour la deuxième phase, un jury s’est réunis pour départager les 21 finalistes ayant recueillis le plus de votes. A cet effet, un questionnaire nous a été envoyé. Celui-ci  avait pour but de présenter un peu plus en détail le projet que l’on représenté ainsi que l’utilité d’avoir un couteau Opinel pendant notre aventure. Il était également demandé de fournir une petite lettre ainsi qu’une vidéo présentant notre motivation.Après l’envoi des documents, il fallait encor attendre une semaine avant l’annonce des résultats qui sont tombés vendredi dernier.

C’est évidement une grande déception de ne pas voir le nom de Summer Racing Shark Tour tout en haut de l’affiche. Il faut bien un gagnant et le projet qui a remporté ce concours est également un beau projet qui mérite autant que les autre la victoire.Même si ce n’est pas ce projet qui a eu la victoire, Summer Racing Shark Tour ressort gagnant de ce concours (… oui il faut le dire, j’ai remporté un sac à dos quechua^^. Je ne sais pas encor comment notre requin pourra l’accrocher sur son aileron dorsal mais les recherches sont en cours, j’accepte toutes les bonnes idées), car grâce à votre soutien, vous m’avez montré que ce projet à un sens, qu’il est utile et surtout qu’il servira à quelque chose.

Opinel ce n’était qu’un concours parmi d’autres et je vais bientôt pouvoir déposer des dossiers pour les demandes de subventions. Le projet à certes un budget, mais ce n’est ni l’équipement, ni les outils qui me permettront de gravir chaque étapes et d’intéresser les enfants aux seigneurs de l’océan. L’énergie positive dont vous me faites part est bel et bien la chose dont j’ai le plus besoin et qui me permettra d’aller jusqu’au bout.

Ce poste, c’est aussi l’occasion pour moi de vous adresser un grand MERCI.

Sharkly yours,

Jeremy BARBER