Marathon du Mont Saint Michel (05/05/2013)

marathon mt st michel

Marathon Mont Saint Michel    Me voilà rendu en territoire breton à la frontière du territoire Normand pour le marathon du Mont Saint Michel avec un départ à Cancale et une arrivée sur le barrage de Couesnon qui marque la frontière naturelle entre la Normandie et la Bretagne.

    Les marathons ont une saveur particulière qui n’a rien à voir avec les autres courses sur route (21km, 10km….). On dit souvent que le marathon est une course stratégique car il faut calculer sa vitesse et ne surtout pas s’affoler afin de franchir la ligne d’arrivée. Un marathon c’est redoutable et sa ne pardonne aucun écart. Pour beaucoup c’est un défi qu’ils se lancent un jour avec l’objectif de le terminer. Il faut bien dire que venir à bout des 42,195km est un exploit physique puisque notre corps n’est pas naturellement préparé à parcourir une telle distance.

    Nous sommes environ 3000 sur la ligne de départ, 3000 personnes voulant arriver au bout de cette distance mythique avec certains qui ont un objectif chronométrique dont je fais partie et d’autres qui souhaitent simplement franchir la ligne d’arrivée. Des éthiopiens et éthiopiennes sont au départ de cette course et chose commune, c’est parmi ces athlètes que se trouvent le premier et la première de la course. Ce petit groupe de coureurs d’élite est composé de 4 éthiopiens et 1 éthiopienne : Bitok Benjamin, Zekele Wosen, Soboka Beyene, Hailemariam Atsebbha et Ayentu Daketo.

    Il n’y aura effectivement, ni de surprise ni de records sur cette épreuve. L’éthiopienne, Ayentu Daketo terminera à seulement 20’’ du record de l’épreuve en 2h35’56’’. La seule surprise vient peut-être de l’écart entre le groupe des 3 éthiopiens et du premier français. L’écart entre les premiers se calcule en dizaine de secondes (2h12’16’’ ; 2h12’42’’ ; 2h13’05’’), Morvan Christophe,  4ème au général et premier français termine à 18’17’’ du podium. Il aura fait toute la course tout seul ce qui est remarquable quand on sait à quel point il est bénéfique de courir dans un groupe.

Un petit mot sur le parcours :

Marathon Mont Saint Michel02       Le parcours entre Cancale et le Mont Saint Michel n’est pas très difficile puisque le parcours est assez plat. La seule difficulté réside dans le premier kilomètre avec un petit dénivelé positif qu’il ne sera pas difficile de franchir. Le premier semi à lieu exclusivement sur route qui traverse plusieurs villages bretons. C’est une véritable fête, les gens sont sortis de chez eux pour venir nous applaudir et nous encourager. La seconde partie de course est composé principalement de chemins à l’intérieur des terres avant d’arriver à proximité du Mont. Contrairement à l’année passée, l’arrivée ne se fera pas sur le Mont Saint Michel mais sur le pont séparant la région Normande de la région Bretonne.

Le récit de ma course :

moi Marathon Mont SAint Michel 01    Nous sommes à quelques minutes du départ et ma concentration est à son apogée. A ce moment je sais d’ores et déjà que la course va être difficile. Je sors tout juste d’une grippe. Or, je veux à tout prix rester dans mes objectifs initiaux et franchir cette barre des 3 heures. Nous sommes tellement nombreux que je ne pourrais me placer au niveau du meneur d’allure des 3 heures, je prendrais donc le départ juste derrière le meneur d’allure des 3h15’.

    Une minute avant le départ, l’euphorie monte, nos jambes ne tiennent plus en place et veulent manger du bitume. On ressent toujours une certaine émotion juste avant le départ et je dois dire que c’est un excellent coup de fouet mais c’est bien connue il faut faire attention à cette sensation d’euphorie car si elle nous donne des ailes au début, celles-ci disparaissent rapidement et il devient extrêmement difficile d’arriver au bout de la course.

    Le pétard résonne, c’est le départ, 6000 jambes se mettent en mouvement. Nous entamons les premiers kilomètres par une petite montée qui sera la seule difficulté de la course car le reste du parcours est relativement plat. Je commence ce marathon comme je l’avais prévu sur des bases de 4’15’’ sur les 2 premiers kilomètres pour ensuite atteindre mon allure marathon de 4’05’’ au kilo, soit environ 14,5 km/h. Le début de course se passe relativement bien, au fur que les kilomètres défilent, je rattrape et dépasse les meneurs d’allure de 3h15’ et de 3h. C’est bien parti et je suis dans les temps. Je parcours les 10 premiers kilomètres en 41’15’’ La magie ne va durer très longtemps car à partir du kilomètre 12, je ressens une petite gêne respiratoire, la maladie est toujours présente, j’essaie donc de garder mon rythme en améliorant ma respiration. A partir du 20ème kilomètre, je suis obligé de ralentir à cause d’une grosse pointe de côté. Le reste de la course va être très difficile. A ce moment-là, je suis toujours devant le meneur d’allure des 3h, mais une fois que l’on s’est arrêté il est très difficile de revenir à son allure. Je me suis rapidement remis à courir mais j’ai dû diminuer mon allure pour récupérer mon souffle. Je perds un peu de temps et franchi le 21ème kilomètre en 1h29’58’’. Je sens que la seconde partie de course va être très, très difficile car mon allure a déjà baissé passant d’une moyenne de 14,0km/h sur le premier semi à environ 12km/h sur le second. Je vois donc passer devant moi le meneur d’allure des 3h et c’est à ce moment que je prends une grosse claque car je réalise que je viens de perdre ma course. Ce qui me démoralise, le plaisir que j’avais en début de course s’estompe. Plus les kilomètres passent, plus il y a de monde qui passe devant moi. Cela devient presque rageant au bout d’un moment. Or, pour réaliser une bonne performance, il faut avant tout prendre du plaisir sur la course. Les kilomètres paraissent de plus en plus longs et de plus en plus difficile à parcourir.

moi Marathon Mont SAint Michel 05    C’est avec une grande difficulté que je franchirais la ligne d’arrivée en 3h24’50’’ très loin derrière mon record personnel de 3h11’, terminant à la 429ème place du général. C’est une réelle déception pour moi car cela faisait plusieurs mois que je préparé cette course et mes derniers résultats laissés à penser que je finirais le marathon sous la barre des 3h.

Prochain rendez-vous marathon, probablement en septembre. J’ai donc plusieurs mois de préparation devant moi pour m’améliorer sur courte et grande distance. Prêt à en démordre pour le prochain rendez-vous, cette mésaventure me motive sans doute d’avantage que si j’avais accomplis mon objectif.

Prochain rendez-vous compétition : Heudebouville le 26 mai 2013 pour un 10 kilomètre, un jeu d’enfant après un marathon^^.

Vous trouverez les résultats du Marathon ci-dessous :

http://www.sportinnovation.fr/resultats/resultat_cr.php?crs=15#

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s